Costa-Rica_Voyage-fr

Costa-Rica

 

Cette page est celle du récit de notre séjour  avec Christophe, notre second fils, réalisé du 12 au 30 décembre 2006. Pour 18 jours. Nous y aurons également retrouvé pour quelques jours notre petit-fils, Julien.

Pour les photos et les videos, cela a pris un peu temps, car cette fois je n’avais pas mon ordi avec moi. Comme, en plus, j’ai eu beaucoup de difficultés à pouvoir utiliser internet sur place , j’en avais différé la parution. La parution a commencé vers la mi-janvier 2007.

Pour en voir l’ensemble, reportez vous aux archives de janvier et février. J’espère que vous aimerez comme moi l’histoire du pizote (coati) et la video des petits oiseaux.

Bonne visite de ce blog.

Nos étapes:
Notre itinéraire


le 12 Décembre – Marseille-Madrid-San Jose


départ du Tholonet à 05:45
Vol Iberia Marseille-Madrid 7:30-9:10
Attente 3:20 avant le décollage pour San Jose via Guatemala City au total 14:30 environ dont 45 minutes d’attente.
Arrivée à 20:45. Récupération du 4×4 loué chez Alamo, que j’ai utilisé presque chaque fois que je suis allé aux Etats-Unis. Sérieux et pas trop cher.
Nuit à l’Hôtel Bougainvillea, confortable et de bon standing.

le 13 Décembre – San Jose-Arenal

Le lendemain matin nous nous promenons dans le parc magnifique de l’hôtel Bougainvillea de San Jose, notre premier contact avec la végétation tropicale du Costa-Rica.

Parc Hôtel Bougainvillea
Vers 9:30, nous partons en 4×4 pour la région du volcan Arenal, via San Ramon. Après 2 heures et demi de route , nous apercevons la mer, le Pacifique; nous sommes à 22 km de Puntarenas. Petit problème: nous avons manifestement oublié de tourner à droite à San Ramon. Il est 12:30: arrêt pour déjeuner sobrement. Nous demandons à la serveuse de nous préciser combien de kilomètres nous séparent de San Jamon:
- « Je ne connais pas le nombre de kilomètres…mais je sais qu’il faut 45 minutes pour y arriver. » Ceci dit avec assurance.
Nous nous regardons et trouvons plutôt curieuse, cette évaluation pour une distance d’environ 30 à 40 km.
Nous repartons vers 13:30. Nous arrivons effectivement à San Jamon 45 minutes après, à 1 ou 2 minutes près. Ici le temps pour parcourir une distance ne dépend quasiment pas de la puissance de la voiture, mais il est déterminé par les nombreux camions, l’étroitesse et la sinuosité de la chaussée.
De San Jamon à Fortuna, qui se trouve au pied du Volcan Arenal, la route est très agréable: très peu de circulation, un revêtement récent, seulement un peu sinueuse. Vitesse limitée à 60 ou 80 selon les portions. Quelquefois 40 voir 25 à proximité d’une école. Pas d’autoroute au Costa-Rica (sauf de l’aéroport de San Jose à la ville). Les paysages sont beaux: verts avec un ciel bleu et nuageux. Nous arrivons vers 16:00 à Fortuna et cherchons notre hôtel, indiqué par un ami de Christophe: l’Arenal Lodge. Il est en fait à une quinzaine de km de Fortuna: de la route, où se trouve le poste du planton et la barrière (il faut être agréé pour entrer), un ou deux km de piste à très forte pente, exigeant un 4×4, car elle est généralement humide voire boueuse par endroit.
Juste avant d’arriver à ce poste de garde, nous avons aperçu un pizote au bord de la route.
Le pizote au bord dde la routeLe Pizote
Pour savoir ce qu’est ce petit animal, appelé aussi Coati, mieux vaut se reporter aux photos ou à
http://en.wikipedia.org/wiki/Pizote
Comme il était seul, c’était un mâle (dixit Diego, un guide de Drake Bay). Nous avons arrêté la voiture sur le bord de la route, à sa hauteur. Loin d’être effarouché, le pizote est venu auprès de la voiture et s’est mis sur les pattes de derrière, faisant le beau, pour quémander quelque nourriture. Ce carnivore a dû se contenter de notre dernier carré de chocolat (pas très recommandé, dixit Diego). Pas farouche tant que nous sommes restés dans la voiture.
Avant notre arrivée à l’hôtel nous sommes passés auprès du Lac Arenal, magnifique.
Lac Arenal
L’installation à l’hôtel se passe très bien. Nous sommes satisfait de notre chambre, de laquelle nous avons la chance de pouvoir contempler le Volcan. Suprême chance, les nuages sont juste au dessus du sommet et le volcan tousse et crache pendant quelques secondes. Michèle a pu profiter du spectacle, moi non, j’étais en train de chercher les derniers bagages dans la voiture. J’ai quand même pu voir aux jumelles et photographier, en zoomant, de petites coulées de lave incandescentes.
Le Volcan Arenal

le 14 Décembre – Séjour à l’hôtel Arenal

Le décalage horaire est intéressant dans ce sens et dans ce pays, où le jour se lève en ce moment à 5:30, pour se coucher 12 heures plus tard.
Nous sommes frais et dispos dès 6:00 et pouvons dormir très tôt le soir.
Dès 6:00 donc, j’étais dans un fauteuil suspendu à une chaîne accrochée au plafond de la terrasse de la chambre pour voir le paysage sortir de la brume. Pas de volcan à cette heure là.

Par contre les oiseaux avaient déjà commencé leur journée et leurs chants, aussi variés que les espèces, assuraient l’ambiance des lieux.
Le premier perroquetDans la brume
Vers 7:00, j’ai eu la visite de deux magnifiques perroquets multicolores, qui grignotaient le bois de la cloison séparant des chambres voisines.
Ils étaient assez bavards, mais ils parlaient peut-être Costaricien, car je n’ai rien compris.

Video :

Image de prévisualisation YouTube

Puis un garçon est venu placer quelques bananes sur un perchoir placé à 3-4 m, juste en face de moi. Les perroquets sont d’abord venus prendre leur petit-déjeuner. Une fois les perroquets partis, une dizaine d’oiseaux sont venus des arbres voisins. J’ai donc pu filmer une très belle séquence de ce repas, qui donnera une idée de quelques espèces locales très colorées.

dsc07081.jpgdsc07084.jpg

Image de prévisualisation YouTube« ]

Après le petit déjeuner, le nôtre cette fois, Christophe et moi sommes allés passer un moment dans l’un des jaccuzis, en plein air. Pour ma part, je suis ensuite entré dans la piscine pour quelques minutes: contraste vivifiant en passant de 34-35° à 22-23°. Michèle et moi avons poursuivi par une promenade en forêt, après avoir visité la « mariposa », ferme à papillons, qui n’avait rien d’exceptionnel. Environ une heure trente de marche, en montée et descente sur terrain glissant.
Papillon
Descente à Fortuna pour le plein de billets et d’essence. nous revoyons le pizote en faction, mais nous ne nous arrêtons pas.
Déjeuner dans un restaurant agréable ou j’ai pu photographier un nouveau perroquet, vert avec un peu de rouge sur la tête cette fois, mais pas bavard du tout.
Perroquet

Après ce repas, nous sommes allés au Tabaconès, hôtel, situé en bas du volcan, qui possède un parc avec des cascades alimentées par des sources chaudes: 41°5! Autant dire que je nous nous y sommes trempés que peu de temps chaque fois que nous rencontrions une cascade. J’ai surtout profité d’une petite piscine à 27-28°, peut-être 30°. La promenade dans ce parc est magnifique, photos et video en rendent compte.
Hot SpringsCascades chaudes
Soirée sans particularité. Je ne m’étends pas sur les repas, la nourriture est bonne sans excès. Les fruits sont excellents: banane, ananas, papaye, mangue, pastèque et quelques fois du melon. Une mention spéciale pour l’ananas, dont la chair est presque blanche. Le café est très bon, mais pas très fort.
Le caféier

le 15 Décembre – Arenal-Los Suenos

Nous quitterons l’hôtel vers 9:30. Un peu trop tard à mon goût, car nous avons pas mal de route à faire pour rejoindre Los Suenos, notre prochaine étape. Los Suenos est un « Resort », avec un bel hôtel Marriots, près de Jaco. Nous retrouvons notre pizote à sa place. Cette fois nous nous arrêtons. Il traverse aussitôt la route pour venir nous dire bonjour (ou plutôt « au revoir ») et se met encore debout en tendant les « mains », dont les doigts sont d’imposantes griffes. Nous avons quelques gâteaux qui font son délice. Nous sommes obligés d’arrêter une voiture pour qu’il puisse déguster tranquillement, au milieu de la chaussée. Quand nous repartirons, il continuera son manège avec les passagers de cette voiture, heureux de pouvoir faire quelques clichés, eux aussi.

Le Pizote (3ème jour)
Nous arriverons à San Jamon vers 12:30.
Nous poursuivons en passant par Palmares puis Atenas. Sur le chemin d’Orotina, nous sommes arrêtés deux fois par des travaux. Le second arrêt se présente au niveau d’un restaurant, excellente occasion de déjeuner sans perdre de temps, car ces arrêts se comptent en nombreuses minutes. La route est étroite, très sinueuse et montagneuse jusqu’à Orotina. À partir de ce village la route s’améliore nettement, plus large et moins sinueuse. Nous arrivons à Los Suenos vers 16:00.
Belle Baie, piscine et plage, la mer n’y est pas dangereuse. Marina sur la droite, remplie de bateaux pour la pêche au gros.
dsc07220.jpgMarina de Los Suenos

La nourriture est très bonne et nous donne satisfaction. La chambre est confortable. Les programmes télé sans intérêt, du moins pour nous.
Christophe ne nous rejoindra que le lendemain vers midi.

le 16 Décembre -  Journée de détente à l’hôtel.

Nous allons à pied à la Marina. Belles résidences, mais le style des petits immeubles est sans originalité. Belle végétation. Il fait très chaud. Marriots de Los SuenosMarriots Los Suenos

le 17 Décembre – Los Suenos-Dominical


Nous reprenons la route pour faire étape à Dominical. Christophe y a loué une maison et y vit depuis quelques temps. Premier arrêt à Jaco, 2 km de Los Suenos. Les photos suivantes vous en montre la plage et la route qui traverse cette ville.

Jaco  Plage de Jaco

Nous continuons vers Quepos, pour une brève ballade dans le Parc Manuel Antonio, sur un sentier longeant la plage. La mer est très belle et agréable.

Image de prévisualisation YouTube

Nous y verrons notre premier iguane.

L'Iguane du parc Manuel Antonio
En traversant la ville nous verrons un paresseux accroché librement à une chaîne qui borde le trottoir. Video:

Image de prévisualisation YouTube

Déjeuner à l’hôtel Parador, qui surplombe le Pacifique. Belle piscine, mais mer en contre-bas, accessible seulement à pied, ayez du souffle pour en revenir!

Hôtel Parador, le restaurantLa Piscine de l'hôtel Parador
Bar de l'hôtel ParadorIntérieur de l'hôtel Parador

De Quepos à Dominical, il faudra subir 45 km d’une piste large, certes, mais chaotique à souhait, avec des rétrécissements dangereux de nuit, dont la présence est la conséquence des crues qui balaient régulièrement les ponts. Nuit à Dominical, près du ranch Bella Vista, sur le plateau de la colline qui longe la mer: vue panoramique splendide sur le Pacifique, imprenable.

Le Pacifique depuis Bella Vista

Le réveil est assuré par les singes hurleurs qui s’apostrophent dès 5 heures 30 environ, suivi des gazouillements bruyants des oiseaux.

le 18 Décembre
Nous nous rendons à Sierpe, où nous arriverons vers 10 heures 30. La route est la meilleure que nous ayons eu tant par son revêtement que par la végétation qui l’entoure. Sierpe est le lieu d’où partent les petits bateaux qui rejoignent la zone de Drake Bay, où sont situés un bon nombre d’hôtels qu’on ne peut atteindre par la route. Il faut 1 heure un quart pour y arriver.

Video:

Image de prévisualisation YouTube

Nous parviendrons à Marenco Lodge, notre hôtel, vers 12:30. Il faut mettre les pieds dans l’eau pour aborder la plage. Les bagages sont placés dans la remorque d’un tracteur. L’hôtesse qui nous attend (nous sommes les 2 seuls arrivant ce jour là)nous prévient qu’i faudra monter quelques escaliers pour arriver à l’hôtel. J’ai pris le sac que Michèle voulait conserver et nous commençons la montée d’un bon pas, tandis que le tracteur passe à côté de nous et monte les bagages. Je distingue une cinquantaine de marches jusqu’au premier virage. Après celui-ci, j’en distingue bien encore une cinquantaine! Encore quelques marches et je m’enquiers du total de marches…… l’hôtesse m’en annonce environ 150, tandis que Michèle reprend son sac! Oui, mais en plus, des espaces sans marche qui grimpent aussi ! J’arriverai épuisé très éprouvé au restaurant où nous sommes invités à nous restaurer. La vue y est certes magnifique, mais elle a un prix!

Vue de Marenco LodgeLes terrasses des bungalows

Le repas constitué de lasagnes et de fruits est correct. Arrive ensuite la patronne. Elle parle bien le français et vient pour définir le programme du séjour. Nous avions envisagé une visite du Parc du Corcovado, mais celle-ci étant longue et en groupe je crains d’y connaître des difficultés. Nous y renonçons pour une promenade en bordure de plage jusqu’à San Josecito et une promenade dans la jungle qui entoure l’hôtel.

Nous ferons également une sortie en bateau jusqu’à ‘île de Caño. Nous aurons l’occasion de voir quelques dos de dauphin et d’admirer de magnifiques poissons. La promenade en forêt doit se faire accompagné d’un guide. Sans Diego, nous n’aurions jamais vu les petites grenouilles sur les feuilles mortes (au fait, allez vous les voir sur les photos suivantes?

La petite grenouilleL'autre petite grenouille

l’iguane ou le gros lézard cramponné à une branche

Iguane Gros lézard ou iguane

 

ou appris tant de chose sur les plantes ou les insectes. L’ambiance était excellente: nous y ferons la connaissance d’une famille de Los Angelès et, aussi, d’un couple suisse, que nous avons eu le plaisir de retrouver pour le réveillon au ranch de Bella Vista, deux jours après.

19 décembre – Promenade jusqu’à la plage de San Josecito

La journée est consacrée à une promenade jusqu’à la plage de San Josecito: nous descendons les fameux escaliers jusqu’à la mer que nous longeons pendant environ 2 heures 1/2, en bordure de jungle, accompagnés de Diego, le très sympathique guide de l’hôtel. Il parle très bien le français.

Le sentierHeliconia

Mer et JungleJungle et mer

Nous découvrons les très nombreux essaims de termites sur les troncs des arbres.

TermitièrePapayes
Quelques capucins, des “white-faces”, perchés au-dessus de nos têtes, nous effraient, un peu, car ils montrent leurs canines avec aggressivité.

Image de prévisualisation YouTube

Nous faisons une promenade en canot.

Image de prévisualisation YouTube

arbres du voyageur

Le garde du parc surveille l’éclosion des œufs de tortues, qu’il avait récupérés sur la plage après la ponte et mis dans une caisse pleine de sable pendant l’incubation. Ces bébés seront être conservés à l’abri pendant un mois et demi, puis relachés dans la mer. Ainsi leur taux de survie sera grandement amélioré.

bébés tortuesAvant et après l'ouverture

Après un pique-nique , excellement préparé par Diego, nous faisons une sieste dans des hamacs. Notons que la caisse contenant le pique-nique avait été déposée par un bateau de l’hôtel. La nourriture est si copieuse, que nous pouvons offir un déjeuner à 3 jeunes randonneurs, qui passaient par là, sac et couchage sur le dos. Le bâteau viendra nous reprendre pour nous ramener à l’hôtel. Une excellente journée.
plage de San Josecito

20 Décembre – Snorkeling à l’île Cano

Nous sommes avec une douzaine de touristes résidant dans un hôtel proche du nôtre pour passer la journée autour de et sur l’île de Cano. Environ 1 heure de trajet, pendant lequel nous pouvons voir quelques dos de dauphin, qui ne nous gratifient pas de sauts spectaculaires. Après une séance de “snorkeling”, nage avec un tuba (le snorkel) et un masque pour admirer les poissons bigarrés et vifs en couleurs, pique-nique sur la plage, qui est très loin de rivaliser avec celui de la veille. Ballade de deux heures sur l’île pour les courageux. Nous préférons la sieste et la mer.
Retour sans problème. A l’arrivée, j’évite les escaliers en montant dans la remorque du tracteur. Promis, je ne recommencerai pas, tellement je suis balloté d’un côté sur l’autre.

Après la perte d’usage du camescope, nous avons préféré laisser l’appareil photo à l’hôtel. J’avais bien acheté deux appareils jetables étanches en vue de cette sortie, mais ils sont restés dans la valise à Dominical. Donc, aujourd’hui, pas de photos!

21 Décembre – Repos à Marenco Lodge et promenade en forêt.

Nous goûtons la quiétude du lieu: promenade autour de notre bungalow le matin, promenade en forêt avec Diego l’après-midi. Une video sera placée dans cet article (lorsque mon compte Google sera redevenu opérationnel) sur les perroquets, une partie concerne les bleus et jaunes d’Arenal sur la terrasse de la chambre, et la fin un perroquet rouge et jaune entrevu dans le jardin de Marenco Lodge . Nous en avions vu aussi un vol d’une demi-douzaine au-dessus de la plage de San Josecito.

En forêt
PalmesRacine en surface

Oiseau inconnu

Grand arbreAu pied du grand arbre

22 Décembre – Retour à Dominical

Nous redescendons les 150 marches de Marenco Lodge à 7:15 pour reprendre le bateau, qui nous reconduira à Sierpe. Les deux amis suisses dont nous avons fait la connaissance, quittent les lieux en même temps que nous. Arrivée vers 9:00. Nous reprenons la route pour Dominical, où nous arrivons vers midi après quelques arrêts: découverte d’un excellent restaurant, où nous reviendrons dîner la semaine suivante. Il est tenu par une canadienne qui se présente “Julie le Terreur”, jolie femme d’environ 45 ans, courses dans un modeste supermarché, et chez le pêcheur-marchand de poisson. Nous y trouverons un gros poisson rouge (2,4 kg), qui tient du red snaper de Floride et du mérou: stupeur, il ne coûte que 9,6 dollars environ (oui, je ne fais pas de faute de frappe, c’est 2000 colones le kilo, et grosso modo 1000 colones=2$; en monnaie européenne, cela fait en ce moment moins de 8 €). Pour ce prix là, on peut acheter, chez nous, tout juste un peu plus d’un kg de sardines. Nous nous installons pour une huitaine de jours à Bella Vista, à côté du Ranch. Magnifique vue sur le Pacifique. Après-midi de farniente et de rangement des photos (à chaque étape, j’utilise l’ordinateur du lieu pour transférer et classer mes photos de la mémoire de l’appareil à ma clé USB de 2 Go). Le soir, je prends quelques photos du coucher de soleil.
Dîner de poisson: je peux vous assurer que il est un excellent, digne du snaper, du mérou et de la daurade royale.

Pavillon à Bella VistaCoucher de soleil à Dominical

23 Décembre – Bella Vista Lodge – Exposition de sculpture Boruca

Bella Vista Lodge dispose d’un ranch, permettant de belles promenades dans la jungle proche. Sa terrasse est spacieuse, avec une vue splendide sur la mer.

http://www.bellavistalodge.com/

Bella Vista Lodge Bella Vista Lodge - Ranch

Bella Vista Lodge - La TerrasseCoucher de soleil à Bella Vista Lodge
C’est la deuxième année, qu’en décembre se tient au ranch une exposition de masques Boruca, très réputés au Costa-Rica. Les Borucas sont une tribu indienne du sud du costa-rica, que Christophe connaît bien: il les a découvert au début des années 90, lors de sa première visite du Costa-Rica, dans le cadre d’une série de séjours en Amazonie, au Mexique, en Colombie, au Panama chez les Cunas, au cours desquels il a visité des tribus indiennes. ll était du reste déjà revenu les voir. Cette fois, il a retrouvé Don Ismaël Gonzales Lazaro, un sculpteur renommé et Randall un plus jeune sculpteur, qu’il avait filmé quatorze ans plus tôt. Cette exposition est l’occasion de trouver les plus belles sculptures et, cette année de découvrir les premiers totems de cette tribu. Nous n’en avons pas vus ailleurs.
Expo Boruca
Expo Boruca

24 Décembre

C’est le jour du réveillon: bizarre de préparer ce moment avec une température de plus de 30°! Ce soir nous nous réunissons à Bella Vista Lodge, chez Aron. Nos amis suisses y seront encore, car l’ambiance leur a plu. Ils poursuivront leur voyage un jour plus tard. Michèle prépare des tartes au citron et aux bananes. Nous sommes un quinzaine. Au menu, des T-Bones au BBQ. Pour cette année nous oublions les huîtres, le foie gras et le champagne. Costa-Rica_Voyage-fr dans Carnet de Voyage dsc07579r

                                  Soirée de Noël

Les Borucas

Aujourd’hui, je vous montre quelques réalisations des sculpteurs Borucas exposées à Bella Vista et j’indique 2 liens qui vous permettront de mieux connaître cette tribu indienne du Sud du Costa-Rica, côte Pacifique, leurs activités et leurs problèmes. Voici les totems (ils sont sculptés sur 360°) et les masques et sculptures.

Totem3 Totem5 totemboruca2r.jpg Totem4 Totem 1

 

 

Masques de Don Ismael

Don Ismael devant ses masquesRandal

Masque Boruca Masque Boruca Sculpture Boruca

25 Décembre – La ballade à cheval

Enregistré dans : Carnet de Voyage — sergius @ 16:38 Modifier

Aujourd’hui c’est la fête pour les cavaliers: une longue ballade d’environ 6 à 7 heures, pour une quarantaine de cavaliers. Tous les chevaux du ranch en font partie et Christophe s’est fait un plaisir d’y participer. Je ne connaissais pas ses qualités de cavalier. Une tombola termine la journée: l’épouse d’un Américain de Floride y gagne une vache. Tous les deux, en vacances dans une maison qu’ils louent près de Bella Vista Lodge, ont participé au réveillon hier soir. Je crois que c’est Aron, qui gardera la vache au Ranch jusqu’aux prochaines vacances du couple!

Ballade de Noel à cheval   

 

26 Décembre – Le Serpentarium

Enregistré dans : Carnet de Voyage — sergius @ 11:15 Modifier

En revenant de San Isidro à Dominical, nous visitons le Serpentarium, qui se trouve à quelques kilomètres de Dominical, en bordure de route et dont l’accès est facile. De nombreuses variétés y sont présentées, ainsi que des iguanes, des tortues et des crocodiles, mais en nombre vraiment réduit. Je dirais tout juste ce qu’il faut pour mettre un “s”, pour chaque espèce. Je n’exagère qu’à peine. Au cours de nos promenade en forêt, les serpents étaient toujours présents dans nos esprits, mais nous n’en avons pas vu. Il faut dire que la consigne était de ne pas quitter le sentier de terre. Pour avoir, une fois, mis un pied en dehors, dans une zone infestée de grosses fourmis, je me suis fait rappeler à l’ordre par le guide, dans le dixième de seconde, avec une véhémence, qui m’a surpris.

serpentarium1serpentarium8

Serpentarium1Serpentarium5

Serpentarium7serpentarium9

serpentarium10 Crocodile

Et pour terminer cette visite un film classé X !

Image de prévisualisation YouTube

Excursion à San Isidro

Enregistré dans : Carnet de Voyage — sergius @ 16:57 Modifier

San Isidro est une petite ville au nord-est de Dominical, à environ une heure de route, sinueuse et pour ainsi dire toujours en montée. Mais méfiez-vous, ce n’est pas le seul San Isidro dans ce pays; il y en a au moins quatre. Nous faisons un arrêt pour visiter une petite église – les costa-riciens sont catholiques et pratiquants.

Eglise sur la route de  San IsidroInterieur de l'église

Nous nous arrêtons pour admirer un beau panorama dans lequel évoluent quelques vautours. Mon objectif n’en retient qu’un.

Paysage et VautourOmbres chinoises

Nous allons passer l’après-midi sur cette plage, située à environ 70 km au sud de Dominical: nous la choisissons parce que la mer n’y est pas dangereuse et que le site est fort agréable. Une très belle végétation en décore l’accès et vous fait ensuite regretter d’en partir.

Plage de Ventanas 5Plage de Ventanas 4

Plage de Ventanas 2Plage de Ventanas 3

Une curiosité: au nord de la plage, un tunnel d’une vingtaine de mètres, mais assez rectiligne pour que l’on en aperçoive l’entrée, côté mer. Les vagues s’y engouffrent avec beaucoup de bruit et ressortent sur l’extrêmité de la plage. Video: Ne vous inquiétez pas de mon cri en fin de séquence, juste la vague qui passe sur mes pieds!
Image de prévisualisation YouTube

Nous dînons à proximité de cette plage, chez « Julie la Terreur », cette néanmoins très accueillante canadienne que j’ai citée précédemment: je vous conseille ce restaurant si vous passez dans cette région, c’est l’un des meilleurs. Mais atttention! ne vous pointez pas à l’improviste pour dîner, réservez:

EXOTICA

Bar & Restaurant
OJOCHAL de OSA

Costa Rica

Tél: (506)7865650

e-mail: exotica@cacsa.co.cr

28 Décembre – Retour à San Jose

Le séjour arrive à son terme. Demain nous reprendrons l’avion pour Marseille, via Madrid. Vers 8:30, nous partons de Dominical pour San Jose. Nous passons dans les nuages au col de la Mort, 3400 mètres, ( pic de la Mort à 3451 m,cerro de la Muerte). La température y est très fraîche. La circulation dense et lente. Nous prenons un plateau-repas dans « le » snack du trajet. Arrivée à San Jose vers 16 heures. Nous recherchons l’hôtel, dans lequel nous avions réservé une chambre. Lorsque nous le trouvons, nous passons notre chemin pour en trouver un plus accueillant. Nous choisissons le Sleep Inn, hôtel central, que nous ne regretterons pas. Il est confortable et les prix y sont modérés. De plus, enfin, deux ordinateurs branchés sur internet en vitesse rapide. Nous sortons faire un tour dans le centre, qui est en zone piétonne (il est recommandé de ne pas se promener en dehors de cette zone après 18:30). Nous trouvons un restaurant français à quelques pas de l’hôtel, nous bavardons avec la très aimable patronne, qui a racheté cet établissement, le plus ancien restaurant de San Jose, 6 mois plutôt. Elle vient de Sète. Nous retenons une table pour le dîner. Très bonne cuisine et très bon service. A noter:

El BALCON de EUROPA

50 mts al Sur del Hotel del Rey, calle 9
San Jose
Costa Rica

Tél: (506) 221 4841

e-mail: balcondeeuropa@hotmail.com

Le Sleep InnInternet au Sleep Inn

29 décembre – Le séjour s’achève aujourd’hui

Notre dernière nuit fut bonne et nous consacrons la matinée à visiter le centre de San Jose. Le soleil est là et les rues sont animées. Nous n’aurons pas le temps de visiter le musée de l’or, c’est dommage.

Rue de San JoseRue de San Jose

Rue de San JosePlace centrale de San Jose

Rue de San JoseL'école de 1890 (San Jose)

Quelques achats, les dernières cartes postales envoyées, quelques photos assez banales, un dernier repas très correct et, vers 14 heures 30, le départ vers l’aéroport avec la navette de l’hôtel…… pour un départ à 18:00.

Dernier repas
Un problème avec l’hôtesse d’Iberia à l’enregistrement, qui veut nous faire payer 160$ de supplément pour avoir fait modifier nos vols de retour. J’ai failli exploser! En effet, c’est Iberia, qui, en Octobre, m’avait informé d’une modification de vol, entraînant un séjour de 36 heures à Madrid sur le retour. J’avais refusé la proposition, et accepté d’écourter mon séjour d’une journée pour pouvoir rentrer en 24 heures. L’hôtesse n’accepte pas mes explications, appelle un superviseur et va voir son chef de service. Heureusement pour nous, j’ai avec moi les courriels d’Iberia me demandant la modification: le superviseur m’explique que l’hôtesse n’a pas pu lire les indications sur son ordinateur, parce qu’écrites en français. Moralité: prenez soin de bien emporter avec vous tous les justificatifs utiles.

Escale à Panama. Vol sans histoire, mais un peu fatigant, car l’avion est complet et il n’est pas possible de s’allonger. Pas de compliments à faire pour la cuisine espagnole servie à bord.

30 décembre – Retour

Escale madrilène avec surprise: nous apprenons qu’une bombe a explosé dans la matinée au sous-sol d’un parking. Un nuage de fumée est encore visible depuis notre salle d’embarquement. Nous saurons plus tard qu’il y a un mort et un disparu (en fait retrouvé, plus tard, mort dans les décombres). Cet attentat provoquera de nombreux retards. Nous serons privilégiés, car le décollage de notre avion n’aura qu’une heure de décalage. Nous retrouvons notre Provence avec plaisir.

Cet excellent voyage est terminé, il ne restera plus qu’à le revivre en réalisant ce blog.

C’est maintenant chose faite.

J’espère que vous aurez eu plaisir à voir ce blog et découvert un peu du Costa Rica, si vous ne l’aviez pas encore visité.

 



3 commentaires

  1. Hanja dit :

    Bonjour,

    Je m’appelle Hanja et je suis responsable de la campagne d’échange de liens des sites guides de voyages. Souhaitez vous faire partager votre expérience au Costa Rica avec les visiteurs de notre page sejoursvoyagescostarica.com? Ce que je vous propose c’est un échange de liens entre nos 2 sites. Si vous êtes d’accord, je vous donnerai les détails de cet échange.

    Cordialement

    Hanja

    NDLR: réponse de Sergius faite par mail/ liens installés

  2. sergius dit :

    Veuillez me donner les détails de cet échange. Sr le principe je n’ai pas d’objection, si ce n’est pas contraire aux obligations du programme adsense de google auquel je suis inscrit.
    Cordialement
    sergius

  3. sejour linguistique costa rica dit :

    Super séjour. Je suis allez à costa rica et moi aussi j’ai vraiment aimée. quel beau pays.

    La Bize

    sofie

Répondre

Ixuxú |
Raroia, Ile Deserte aux Tua... |
PauMat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un Frenchy à Shanghai
| adevoyage
| Tignes 2007